Les étheriens

Les étheriens :

 

 

De nos jours, les télescopes se perfectionnant régulièrement,le regard de l’astronome peut ainsi s’enfoncer de plus en plus profondément dans le vide sidéral.

Pourtant, aussi loin que l’œil humain puisse s’aventurer dans l’espace, il ne perçoit finalement que le monde matériel : Des étoiles, des comètes et autres systèmes solaires, accomplissant leur destin dans l’immensité et,  par voie de conséquence, il ignorera  toujours les images qu’il ne peut capter : L’univers de l’invisible qui sait par ailleurs tellement bien agacer toute une foule de sceptiques.

Mais peut-être que d’ici quelques millénaires, les facultés de perception de l’humanité auront-elles évolué à tel point que son œil pourra enfin « voir l’invisible », au grand dam des empêcheurs de croire, qui n’auront plus qu’à faire amende honorable…

Alors, quand ce jour arrivera, tous les astronomes pourront les voir dans leur télescope :

Les étheriens.

Sont-ils vivants ?

Certainement pas au sens où les êtres de chair le sont, puisque les étheriens, eux, ne sont pas soumis aux contingences d’une enveloppe charnelle, et qu’ils sont donc totalement invisibles aux yeux d’un homo sapiens du vingt et unième siècle. Pourtant ils sont bien vivants ,car ils possèdent une conscience, une intelligence et une mémoire prodigieuses.

De plus, ils ont eu tout le temps de se cultiver, d’une manière défiant l’imagination du plus cinglé des terriens, ce qui dans la pratique, est tout à fait normal, car les étheriens sont parfaitement immortels…

Quoi donc de plus naturel pour eux que d’avoir exploré jusqu’aux galaxies les plus éloignées, parfois aux confins de l’univers, juste pour…s’occuper ?...

Pour passer le temps.

Ainsi donc, certains étheriens sont-ils parvenus à accumuler une masse de connaissances astronomiques recueillies auprès de mondes innombrables, lors de leurs pérégrinations cosmiques pour tuer le temps.

Pourtant, même la créature la plus parfaite a son talon d’Achille.

Chez les étheriens, c’est la notion de l’âge.

Une véritable obsession étherienne.

La légende raconte que certains d’entre eux passent parfois des millions d’années à tenter de fouiller leur formidable mémoire, dans le but de remonter le temps jusqu’au jour de leur conception et ainsi connaître enfin leur âge.

En pure perte, car selon les volontés de la nature, il est impossible pour un étherien de connaître ni son âge, ni ses origines.

Tous les étheriens passent fatalement par cette phase de recherche intérieure, mais il semblerait que certains d’entre eux en viennent à abuser de cette quête. On les appelle alors les « butés ».

Ils s’acharnent souvent pendant des temps immémoriaux, puis un jour, de guerre lasse, ils ne peuvent qu’abandonner leur effort, ce qui bien évidemment ne manque jamais de faire sourir la société étherienne composée de ces myriades d’individus, qui peuplent le vide sidéral.

Généralement, quand un « buté » se décide à rentrer dans le rang, il a pour habitude de s’offrir volontiers des vacances.

Alors les vacances, dans l’esprit d’un étherien, c’est tout simplement le loisir d’une gentille petite incarnation sur une planète agréable.

Voilà.

Oui, parce que les étheriens ont tout à fait la possibilité de prendre corps à volonté.

C’est un fait.

Ils ont cette faculté.

Pour ce faire, ils doivent choisir une planète.

Ensuite, ils leur faut repérer l’équateur et s’en approcher le plus possible, car c’est dans cette région que se trouvent les matrices. Il n’y a plus alors qu’à laisser œuvrer les forces de la nature et le transfert de l’âme dans son enveloppe charnelle peut s’opérer.

Les candidats à l’incarnation sont généralement fascinés par cet instant.C’est vraiment le « must » des vacances étherienne, car à un moment donné, les portes des matrices s’ouvrent et le principe conscient se sent irrémédiablement attiré.

Arrivé à proximité de l’entrée, un rideau rouge apparaît soudain, mais cela ne dure pas, car rapidement ledit rideau s’ouvre et l’âme peut voir un court instant sa mère et son père en train de la concevoir charnellement, puis l’image fascinante disparaît faisant place à la « sensation du noir », et là ,on touche au but.

C’est ce sentiment délicieux, et rien d’autre, qu’un étherien vient rechercher quand il part en vacances, et ceci pour une raison  évidente dans son esprit :

Ce noir pour lui, est tout simplement le synonyme de l’oubli total de sa nature étherienne ; et ça franchement ça repose !...

Ne plus rien savoir des affres de sa vie d’immortel…

Tout oublier en s’installant dans un corps neuf.

Quel luxe pour un étherien, et, une fois incarné, cette chose étrange et merveilleusement agréable :

Dormir…

Quelle opulence pour un étherien !

Dormir.

Oh ! Et toutes ces notions singulières, lorsque l’on est dans un corps comme la soif, le plaisir de manger, la peur mais également ces pratiques tellement insolites pour un étherien :L’amour, l’acte d’amour, l’enfantement, et, dans un autre domaine, cette obligation inhabituelle que l’attraction terrestre impose aux êtres incarnés, de se retrouver constamment « collés au sol »par cette force invisible…

Et toutes ces machines que l’on doit utiliser alors, en principe pour se simplifier la vie matérielle, mais souvent tellement dangereuses pour son nouveau petit corps … Les vapeurs d’essence…

C’est compliqué d’avoir un corps.

Pourtant un étherien, il braverait n’importe quelle tempête pour mettre son éternité entre parenthèses, ne serait-ce que quelques instants et donc, les incarnations n’ont pas la moindre chance de diminuer un jour.

C’est un cycle naturel.

Alors justement, regardons-y de plus près.

Il y a cette jolie planète bleue, la Terre qui suit son destin dans ce petit système solaire.

On est dans les années 1950 de l’époque moderne de ce monde.

Deux étheriens se dirigent vers l’équateur.

Ce sont deux excellents amis.

Aznel et Golifratt.

Comme il leur reste encore un peu de temps avant l’apparition des matrices, ils échangent quelques propos.

Aznel :

-Tu te souviens la dernière fois…

Golifratt :

-…il y a quelques siècles, tu parles, ça ne s’oublie pas un monde pareil…

Aznel :

-La Terre finalement, ce n’est rien d’autre… qu’un vaste tube digestif…faut jamais oublier…

Golifratt :

-Ouais, tout le monde s’entrebouffe joyeusement ! C’est trop bien !

 Ouà mon gars, je vais me donner, je le sens, je vais me donner là-bas !...

Soudain les matrices apparaissent.

-Ah ! font les deux compères dans un unisson parfait.

Aznel :

-En plus, on va être célèbres et on pourra foutre un joli bordel !

Golifratt :

-Et il y aura une sacrée file d’attente, avec plein de mecs qui n’auront plus qu’une idée en tête, c’est de nous coincer pour nous mettre une bonne danse…

Aznel :

-Bon,on distribuera des numéros…

Alors le rideau rouge apparaît, mais les deux compères préfèrent jouer les blasés.

Golifratt :

-En tout cas cette fois, on a des noms marrants, non ?...

Aznel :

-Tu peux y aller !

Mais les deux étheriens se sentent fatalement attirés par la force incoercible de leur incarnation.

Juste avant la délivrance du noir, ils ont encore le temps d’annoncer :

Aznel :

-Eric Naulleau…

Golifratt :

-Eric Zemmour…

 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.ch
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

11.03 | 23:43

Baume de beaux mots : peu de mots, peu de maux....

...
03.03 | 17:50

coucou j'addore martina stoessel je suis allee la voir au REX a Paris c'était genial

...
03.12 | 20:15

Salut

...
12.02 | 09:07

Bravo !! très jolie histoire La Pignata J'y vais de ce pas !!

...
Vous aimez cette page